esprit entrepreneur : ardoise d'ecole avec la mention creeOn entend souvent dire que le niveau de connaissances économiques des français est l’un des plus faibles des pays développés.

Il n’est pas difficile d’y croire tant le système scolaire semble déconnecté de la réalité des entreprises.

Je lisais il y a peu cet article fort intéressant de Guilhem Bertholet sur les difficultés qu’il observe dans notre pays de son point de vue d’entrepreneur.

Le système scolaire à la française n’est pas épargné :

Je déplore le fait que je sois devenu entrepreneur « par accident », et que le système scolaire ne comprenne pas qu’il serait utile d’investir massivement dans l’enseignement économique et entrepreneurial et de créer les conditions pour que chacun puisse, très tôt, porter des projets (ça faciliterait tellement de choses d’avoir une culture économique forte)

Pour ma part, je me souviens d’avoir été attiré assez jeune par la création d’entreprise sans jamais vraiment la côtoyer. Ni dans mon entourage, ni à l’école.

La culture entrepreneuriale a été complètement inexistante durant toute ma scolarité de la maternelle à l’université… ou presque.

En effet, mon esprit entrepreneur s’est peut-être révélé au collège.

Un jour, un prof de Technologie dont je tairai le nom (parce que je l’ai oublié) nous a fait faire un jeu sur ordinateur : c’était une simulation de gestion d’élevage de cochons d’Inde (ça ne s’invente pas).

Ce jour là, je me suis vraiment éclaté comme un petit fou sur mon écran Thomson noir et vert (qui s’en souvient?) et en plus j’ai fait des profits !

Je ne sais pas vraiment d’où sortait ce jeu ou s’il était au programme cette année là.

En tout cas, c’était probablement une sorte de serious game pour enfants. Qui que tu sois, toi qui a eu l’idée de proposer ça à des mioches, je te dis bravo ! Je te dirais aussi “c’est tout?”

Car je vous rassure, je n’étais pas dans un établissement pilote et ce genre de pratique ne m’a plus jamais été proposé avant mon DESS de gestion des entreprises (un peu logique). C’était un jeu sérieux très sympa où nous étions producteurs de Champagne (Vous avez remarqué ? Encore de l’agriculture).

Quand on regarde plus largement, je n’ai pas souvenir d’avoir été sensibilisé de près ou de loin à l’entrepreneuriat durant mon parcours scolaire.

Je pense que le développement de la culture entrepreneuriale par le jeu est une bonne piste et ce n’est pas la seule.

Depuis quelques temps, certaines bonnes choses ont été faites comme le stage de découverte en entreprise dès le collège et la création d’un Institut de l’Entrepreneuriat dans certaines universités.

L’idée, n’est pas tellement de “convertir” les gens à la création d’entreprise, mais si ça pouvait permettre à certains jeunes de s’y reconnaitre, ce serait déjà énorme.

Pour ma part, j’ai donc fait mon éducation entrepreneuriale en solo en passant des heures et des heures à jouer à Player Manager, Sim city, Transport Tycoon, Civilization et plus tard Railraod Tycoon et Capitalism.

Mes copains me disaient que certains étaient des jeux de filles et que les vrais mecs ça joue à Street Fighter et aux jeux de bagnoles (j’aimais bien Grand Prix Manager).

Bien des années plus tard, j’ai fait mon coming out : je ne suis pas une fille mais un entrepreneur !